3 étapes pour atteindre le succès

Comment développer une stratégie autour de vous pour avoir plus de succès, tout en prenant compte des nouveaux outils de distribution numériques, et les nouveaux business modelsQue vous soyez directeur artistique d’un label ou un musicien qui s’auto-produit.

Avant de préparer votre lancement plusieurs pistes de développement peuvent être envisagées, dans un certain ordre chronologique, étape après étape, suivant une stratégie mise en place de front.

Avant de commencer:

Prenez le temps de bien lister vos objectifs, en vous posant différentes questions telles que : la musique: oui, et aprés ? pour qui ?, pour quoi ? et comment ?

Le but de cela, est de trouver comment votre musique peut être écoutée et appréciée. Et comment vous allez trouver mon public. Car dites-vous bien que quelque part, quelqu’un est forcément susceptible d’être intéressé par vos sons, surtout si ils sont de qualité.En tant que musicien ou producteur, vous pouvez choisir d’orienter votre développement sur le «live» au niveau local puis vous élargissez votre horizon en cherchant toujours d’autres lieux ou vous produire. Le but du live est de vous faire connaitre c’est indéniable, mais cela permet surtout de vous faire repérer par des labels et différents producteurs.

C’est pour cela qu’il vous faut parfaitement maitriser le vocabulaire du secteur, et définir un axe d’objectifs.

1 Les concerts:

Comme dit précédemment le live en lui même peut être un très bon levier pour un groupe ou un musicien, tout style confondu. Le but est donc dans un premier temps, de se faire connaitre, d’être encore plus visible et de toucher le plus de public possible.

Cela donne alors 2 sous-objectifs:

  • Trouver des dates de concerts
  • Convaincre le public de venir au concert

Si vous privilégiez cet axe vous pariez de devenir tout d’abord tourneur, et surtout chercheur de date pour votre groupe, ce qui peut être ingrat à la longue.

Voici les trois types contrats dont vous allez faire face une fois que vous vous lancez dans les concerts:

-Contrat de co-production:

Ce contrat permet de regrouper des moyens financiers pour parvenir à financer un concert et le lancement de sa tournée. Cela implique forcément des risques artistiques, de la part du producteur

-Contrat de résidence:

Il s’agit d’un contrat très varié, car il englobe la mise à disposition d’une salle à un artiste, jusqu’à la notion d’invitation. Cette notion engage parfois peu de formalisme : certaines résidences existent sans faire l’objet de contrat entre les partenaires. Rien n’oblige le lieu à être co-producteur ou même diffuseur d’un spectacle élaboré au cours d’une résidence « chez lui ».

-Contrat de cession ou de co-réalisation:

Les contrats de cession et co-réalisation, sont conclus entre un organisateur et un producteur. Ce dernier s’engage à donner dans les lieux dont dispose l’organisateur, un certain nombre de concert. Ces deux peuvent s’arranger sur la somme forfaitaire du contrat de cession. Ainsi que sur une quote-part de la recette réalisée par le concert, dans le contrat de co-réalisation.

La relation entre un producteur et organisateur est basée sur la confiance

La relation entre un producteur et organisateur est avant tout basée sur la confiance

2 Trouver un producteur, label, distributeur:

Si vous ne souhaitez pas directement vous consacrer à la scène,vous pouvez démarcher un producteur, un label, un distributeur. il vous faudra définir une liste d’objectifs clairs, et en amont connaitre tout les maillons de la chaine d’enregistrement, de production, de promotion et de vente de la musique enregistrée.

Si vous avez déjà un manager tant mieux car celui-ci a un rôle crucial pour le développement de votre carrière. En effet c’est lui qui doit vous aider à vulgariser vos souhaits, et à pré-sentir vos désirs artistiques. De plus c’est à travers lui que vous serez guidés dans le schéma de la production musicale. Son rôle à vos côté est de vulgariser les informations, pour que celles-ci soient claires et vous fassent gagner du temps.

Il n’est pas simple de trouver un label de nos jours, et internet n’accélère pas forcément les choses. Chacun d’entre eux va essayer de trouver son propre intérêt dans une future signature au sein de sa structure: Pour cela le directeur artistique se pose différentes questions telles que:

  • Quelle est la notoriété du groupe ? Sa présence sur le net ?
  • Existe-t-il déjà une oeuvre enregistrée et produite ?
  • Quel est le stade de la maturité du groupe en question ?
  • L’image véhiculée est-elle pertinente ?
  • Ou chercher les subventions, pour tel ou tel projet d’album ?

Quoiqu’il en soit, je vous conseil de chercher à adopter une stratégie qui vise à accroitre votre visibilité, avant de chercher directement un label. Qui malheureusement vous tourneront le dos au début.

Et le producteur dans tout ça ?

Le producteur paie pour l’enregistrement d’une chanson. C’est lui qui verse le salaire aux musiciens, à l’ingénieur du son, et qui devient propriétaire des «bandes». Concernant la rémunération de l’artiste en question, celle-ci se fait via un contrat entre les deux parties, stipulant quel pourcentage de ses recettes le producteur reversera à l’artiste.

Il assiste et supervise donc les étapes suivantes :

  • Suivi et financement des  différentes phases de la production d’une œuvre, de l’enregistrement au mastering en passant par le mixage,
  • Financement de l’ensemble des visuels qui seront exploités – logos, création des pochettes, séances photo de l’artiste ou du groupe.

 -A quoi sert un label ?

Le but d’un label est «d’acheter» au producteur le droit d’exploiter ses enregistrements, on appel cela un droit de licence.Le label paye le pressage des disques, les commercialises puis reverse un pourcentage de son chiffre d’affaires au producteur. Cette part tourne habituellement autour de 15 à 20 % du prix de gros HT – entre 0.80€ et 1,20€ reversés au producteur pour chaque disque vendu.

Le label prend en charge plusieurs fonctions:

  • Trouve un distributeur pour les oeuvres des ses artistes. Il peut garder le même pendant plusieurs lancement d’albums. Ou saisir de nouvelles opportunités
  • S’occupe de la promotion liée aux oeuvres de ses artistes grâce à une équipe dédiée à cela, ou a un attaché de presse.
  • Paie l’ensemble des actions engagées pour accroitre la popularité des artistes produits. Cela passe par l’achat de publicité ou encore via le street marketing.
  • Se charge des frais mis en place pour le tour support, qui autrement dit se résume à une tournée promotionnelle.

A quoi sert un distributeur:

Un distributeur est un grossiste qui achète les disques d’un label, et qui se charge de les mettre en magasins. Les opérations marketing, et la promo générée, concernant la sortie d’un nouvel album par exemple, influent beaucoup sur les commandes des magasins auprès des distributeurs.

3  l’édition et la synchronisation:

C’est surement l’étape la plus importante, aussi bien d’un point de vue artistique que financier. Car en effet, L’éditeur protège et gère les droits d’un auteur et/ou d’un compositeur. Il se rémunère en prélevant un pourcentage sur les droits que génère toute diffusion d’une œuvre, sous quelques formes et par quelques moyens que ce soit : disques, concerts, radio, télé, cinéma, Internet, discothèques, partitions… Autrement dit, l’éditeur prélève une part de l’argent collecté par la SACEM pour la diffusion de vos oeuvres. Toute part de rémunération est fixée dans le contrat de base. L’artiste est libre de s’arranger comme il le souhaite avec l’éditeur et son propre label.

Qu’est-ce qu’un contrat d’édition:

Il s’agit d’un contrat ou les compositeurs cèdent leurs droits, mais exigent en contrepartie à l’éditeur d’assurer l’exploitation de leur oeuvre.

Pour résumer cet article, vous pouvez très bien mener toutes ces étapes de front, mais attention à ne pas vous disperser pour autant. Si vous avez des doutes sur la stratégie choisie, n’hésitez pas à revoir votre liste d’objectifs, et à les ré-ajuster si besoin est. Essayez néanmoins de suivre ces différentes étapes selon l’ordre chronologique présenté, pour avoir encore plus de succès.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à laissez un commentaire :)

[hcshort id= »5″]

No comments yet.

Laisser un commentaire

Cochez cette case pour qu'un lien vers votre dernier article apparaisse

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes

Marre de ne pas percer dans la musique  ?

Découvrez comment vivre de votre passion à travers une série de vidéo gratuite